메뉴 건너뛰기

정희수 칼럼

본문시작

KUKI Home Inspection and Photo

  Dr. Joseph Chung - Column
 정희수 칼럼



Le rituel est comme suit. Quant on arrive au sanctuaire (Jinja), il faut passer un arc qui s’appelle Tori; Tori est la ligne de démarcation entre l’espace sacré et l’espace ordinaire. Ensuite, on se purifie en se lavant les mains et en se rinçant la bouche. On prie pour l’empereur et pour la victoire de la guerre de Pacifique.
J’étais plus assujetti au lavage de cerveaux à cause du fait que j’étais un normalien, future enseignant des enfants. J’ai fini mes études primaires et je me suis admis à l’école normale  où le Japon a produit des enseignants dont la mission était de transformer les enfants coréens en Japonais. Par ailleurs il était très difficile de se faire admis pour un Coréen. Il y avait deux milles étudiants; les étudiants coréens ne comptaient que pour 25%. Il fallait que tout le monde vive dans un dortoir organisé comme l’armée; les étudiants étaient organisés en section, en compagnie et en régiment. On vivait dans la pure tradition de Bushido (esprit de Samourai); on se lève à 6 heure du matin; on se lave; on entre dans une immense salle à diner; on chante le hume national du Japon. Durant l’hiver, il fallait qu’on se lave en dehors torse nu. Tout le matin avant de commencer les cours, il fallait passer deux heures en  drille militaire. L’école était un véritable régiment militaire.
L’emprise du contrôle de l’économie était totale. Les maîtres japonais ont confisqué les terres agricoles des Coréens pour les donner aux cultivateurs japonais. Il est vrai que le Japon a construisait des chemins de fer, des routes, des ports, mais tous ces investissements servaient à supporter l’invasion militaire de la Manchourie et la Chine, et non pour le développement économique de la Corée. Les Japonais avaient un contrôle absolu sur les banques et les industries manufacturières. Les Coréens ne pouvaient pas entreprendre le commerce international sans l’autorisation du gouvernement colonial. Tous les postes importants non seulement dans le secteur public mas aussi dans el secteur privé étaient monopolisés par les Japonais.
La politique japonaise en matière de l’éducation consistait à prévenir la formation de l’élite industrielle coréenne. Au collège et aux universités, les Coréens n’avaient pas le droit d’étudier le génie, les sciences, les technologies industrielles en vue de subjuguer  les Coréens et de monopoliser le pouvoir économique. Lorsque les Japonais ont du quitter la Corée après la capitulation en 1945, la rareté des techniciens était si grave que l’économie était totalement paralysée.
Il était défendu de parler la langue coréenne dans des lieux publics et aux écoles. Un jour mon petit frère a lancé un contenant d’encre sur le dos d’une institutrice japonaise. Ma famille était surveillée par la police japonaise pendant un mois. Par contre, on était  défendu de parler japonais à la maison. Ceci a causé tout un déchirement psychologique dans ma vie
Une autre mesure impardonnable imposée par les japonais était l’imposition d’un nom japonais. Eh oui, toutes les familles coréennes devaient abandonner leur nom coréen et adopter un nom japonais. Évidement, le but était de détruire la racine du peuple coréen. Ma famille avait donc reçu un nom japonais, « Mishiro». C’est une des pires insultes qu’un peuple peut faire à un autre peuple.
La mobilisation de ressources humaines était totale. D’abord, ils ont recruté dizaines des milliers de travailleurs pour l’exploitation des mines au Japon, en Manchourie et dans des régions conquises par l’armée japonaise. Ils ont forcé milliers de jeunes coréens à se joindre à l’armée japonaise surtout pour des fonctions ingrates comme par exemple la garde de prisonniers de guerre. De plus, les militaires japonais ont capturé plusieurs dizaines de milliers de jeunes filles coréennes et les ont envoyés de force au front comme esclaves sexuelles pour les soldats japonais.
Au fur à mesure que l’approvisionnement de pétrole provenant de l’Indonésie à cause du défaites successives de bataille naval, les Japonais a inventé de camion à moteur de vapeur. Ils ont produit la force motrice en brulant des bois Pour ça, il fallait raser les forêts. De plus, à partir de 1944 où les marines américaines ont pris Iojima et Okinawa, nous, les étudiants devaient aller aux montagnes en marchant 29 km à pied pour ramasser résine du pin pour en retirer l’huile  pour les chasseurs japonais zéro. Ils ont pris des chaudrons, des ustensiles, des bagues, et tout ce qui peut servir des matériaux pour l’équipement militaires. Ils ont confisqué du riz, des poules, des bétails, des pommes de terre et tout ce qu’ils pouvaient trouver. J’ai souffert de faim; on devait survivre avec à peins mille calories par jour; on mangeait deux fois par jour, parfois une fois.
Ce qui est croyable, malgré la mal qu’ont fait les Japonais, la génération de mon âge à l’époque étaient tellement japonisés qu’on  ne devrait pas plaindre, car tout ceci est pour la gloire de l’empereur divin.